Interview de Geoffroy de Pennart

Interview de Geoffroy de Pennart

Sous le thème «AU LOUP» en juin, la médiathèque de l’Alliance Française de Canton a fait une interview avec monsieur Geoffroy de Pennart et lui a posé des questions sur ses œuvres et sa démarche. Nous avons plaisir de partager ses réponses avec vous et vous invitons à découvrir la création de ses histoires et de ses illustrations.

Geoffroy de Pennart est un auteur-illustrateur de littérature d’enfance et de jeunesse, né en 1951 à Neuilly-sur-Seine. Il est connu par des œuvres dans lesquelles les loups ont leur propre caractère. À part les loups, l’autre particularité de ses histoires est qu’elles sont très rigolotes.Les gens aiment bien également son style de dessin. Pour Geoffroy, l’un seul domaine qu’il peut bien faire est le dessin.
pic-Pennart-ok

Alors, c’est parti !

– Pourquoi avez-vous choisi un loup comme personnage dans vos œuvres ?Le loup est en effet un personnage un peu négatif, n’avez-vous pas été tenté par un lion ou un tigre ?
Je n’ai pas vraiment choisi le loup comme personnage. Dans mon premier livre, j’avais besoin d’un personnage menaçant et le loup s’est imposé de lui-même. En Europe, le loup représente le prédateur par excellence et il incarne parfaitement cette menace. J’aurais probablement utilisé le lion si j’étais africain ou le tigre si j’étais asiatique.

– Quel personnage de loup de vos œuvres aimez-vous le plus et pourquoi ?
Les deux personnages de loups principaux dans mes livres sont Igor et Lucas. Igor représente le grand méchant loup qui fait peur ou plutôt qui aimerait faire peur car en réalité, il ne fait pas si peur que ça. Lucas, son fils, est sentimental, ce qui complique sa vie de prédateur. Je n’ai pas vraiment de préférence.

– Quel genre d’animal aimeriez-vous incarner parmi ceux que l’on rencontre dans vosœuvres ? Pourquoi ?
Je n’y ai jamais réfléchi ! Peut-être Monsieur Lapin. Il a beaucoup d’amis ! Ce n’est pas un héros mais quand il le faut, il peut se montrer suffisamment courageux pour sauter sur le loup !

– Est-ce que vous pensez que la société animale, dans votre série d’albums où le loup est le personnage central, est une « société » utopique ou une société actuelle ? Et pourquoi avez-vous créé ce genre de « société » ?
Je ne sais pas jusqu’à quel point, on peut comparer ma société animale à une société humaine. Il est vrai que, d’une certaine manière, les loups représentent les forts et les puissants, par opposition aux autres animaux qui représentent les citoyens ordinaires, donc le peuple. Les loups ne triomphent pas dans mes histoires. Est-ce utopique ? Dans ma société animale comme dans les sociétés actuelles, le peuple est protégé par les lois et les institutions, représentées par l’ours policier par exemple.

– Dans vos œuvres, les loups n’ont jamais réussi de manger les animaux. Donc qu’est-ce que les loups mangent pour vivre ?
C’est vrai, à l’exception de Lucas, le loup sentimental, qui mange l’ogre, les loups ne mangent pas beaucoup de viande dans mes histoires. Cependant il n’est pas interdit de penser qu’ils le font avant le début de l’histoire ou après la fin. Après tout, on ne les voit pas non plus aller aux toilettes dans mes histoires mais cela ne veut pas dire qu’ils n’y vont jamais !

– Votre œuvre contient beaucoup d’intrigues intéressantes. Par exemple, dans le livre Il faut délivrer Gaspard, Madame Broutchou a cherché beaucoup d’animaux officiers, mais ils ont refusé de l’aider l’un après l’autre. Pour les enfants, cette intrigue est drôle. Mais pour les adultes, c’est ironique. Nous souhaitons savoir pour quel public est destiné le message contenu dans vos œuvres ?
Dans cette histoire il est question des institutions mentionnées dans la réponse à la question 4. Celles-ci ont pour mission de protéger les citoyens mais comme on le voit dans cet album, il arrive qu’elles ne fonctionnent pas correctement. C’est donc aux citoyens eux-mêmes d’y mettre bon ordre. Bien sûr notre niveau de lecture n’est pas le même que celui des enfants mais, je suis partisan de leur donner à lire des histoires simples mais dans lesquelles il y a de la complexité. Cela développe leur curiosité et leur sens critique. Par ailleurs, je pense qu’ils sont sensibles à l’ironie. Très jeunes, ils perçoivent que ce que disent les adultes ne correspond pas toujours à ce qu’ils en observent !

– Comment s’est nourri votre imaginaire?
J’ai eu la chance d’avoir accès aux livres dès mon plus jeune âge. Ma mère nous lisait des histoires et il y avait beaucoup de livres à la maison. Quand j’ai su lire, je n’ai plus arrêté. Je lisais tout ce que je trouvais, les albums pour enfants bien sûr, mais également les magazines dans lesquelles je cherchais les dessins humoristiques. J’étais souvent malade et la lecture a tenu une place vraiment très importante dans ma vie.

– Pourquoi êtes-vous revenu aux livres pour enfants ?
Je le dois à Isabel Finkenstaedt, la fondatrice des éditions Kaléidoscope qui m’a convaincu d’écrire un livre pour elle.

– Pourquoi la série des loups a-t-elle commencé par l’histoire «le loup est revenu» au lieu d’une histoire qui décrit la première apparition d’un loup?
“Le loup est revenu” aurait effectivement pu s’appeler “Le loup arrive” ou “Le loup vient”. Mais les animaux qui découvrent en lisant leurs journaux que le loup est de retour, sont d’autant plus terrifiés qu’ils le connaissent déjà et qu’ils savent le danger qu’il représente pour eux.
D’ailleurs, il n’y a plus de loups en France depuis le tout début du siècle dernier mais, il reste toujours si important dans l’imaginaire collectif que la réintroduction de quelques dizaines d’entre eux suscite de vives polémiques.

– Pour la série des loups, les personnages comme le loup, les trois petits cochons, les chevreaux, le petit chaperon rouge se croisent dans les histoires de la série. Ils ont l’air de vivre dans la même communauté et de se connaitre. Avez-vous conçu tous ces personnages avant de commencer à écrire les histoires ?
Non, pas du tout, le premier album a été conçu comme une histoire unique. Ceux qui ont suivi aussi. Je me suis simplement amusé à reprendre les personnages de livre en livre à chaque fois que l’histoire s’y prêtait.Quand, il y a eu un certain nombre d’histoires de loups publiées, nous avons commencéà en parler comme d’une série.



geoffroy-oeuvres

Si vous aimez savoir d’autre information à propos de Geoffroy de Pennart, vous pouvez visiter son site : http://www.geoffroydepennart.com/
Vous pouvez également trouver ses œuvres incontournables à la médiathèque.

Vous vous intéressez au personnage “Igor”, le dandy aux dents longues sous la plume de monsieur Geoffroy de Pennart ? Découvrez l’interview d’Igor réalisé par l’éditions Kaléidoscope en cliquant ici.
portrait_loup_2